Lorenz Evrard

Lorenz Evrard

Délégué Bar

“C’est pas parce qu’on met de la merde sur une crêpe que ça en fait du Nutella.” – Un barman Solvay, sobre

Vous avez donc devant vos yeux ce qui permet aux jeunes d’aujourd’hui de devenir l’élite de demain: la bière. De toutes façons, l’énergumène susnommé a déjà trop passé son présent à penser à son futur, donc une binouze ou deux (ou un fût) ne vont pas changer sa condition d’animal social voué à sa glorieuse destinée. La question donc, est de savoir comment mettre toutes les chances de son côté dans la grande course à la réussite. Pour cela, une seule institution est encore au top du classement de The Economist: l’autant contemporain qu’intemporel Bar Solvay.

Nul donc besoin de devoir vous abreuver dans un des sordides troquets de ces quartiers mal famés. Car, comme le dit l’adage: Emmener sa femme en Thaïlande, c’est comme amener sa bière au Bar Solvay.

Tous les jours de la semaine, qu’il pleuve, neige, vente, qu’il y ait CFS ou Accounting, le pH et le préfab seront toujours remplis de gens au grand coeur, ayant le verbe facile, le rot tonitruant et la main parfois bien verte. Ces personnes se regroupent en plusieurs catégories: les clients d’un côté du bar, les barmen de l’autre. Le pèlerinage d’une condition à une autre pouvant se faire lors des interviews bar qui auront lieu les 19, 20, 21 et 22 septembre au pH. Ceci permettra alors aux plus ambitieux d’entre vous de prétendre aux affres de la haute société, composée de kinito, kicker, 4h20 et autres Céline Dion. En plus on a des chips.

Dans tous les cas, le Bar vous attend tous à la rentrée pour faire de cette année une légende que l’on racontera tous, avec une larme à l’oeil, aux générations futures qui n’auront jamais connu un monde où la France n’est pas championne du monde.

LE BAR SOLVAY

Aller à la barre d’outils